This browser is not actively supported anymore. For the best passle experience, we strongly recommend you upgrade your browser.
| 3 minutes read

Focus Retail: Comment lutter contre les pénuries en rayon face à l’onde de choc du conflit russo-ukrainien ?

Au-delà du drame humain, le conflit Russie-Ukraine porte aussi en lui les germes de perturbations des marchés agricoles et alimentaires mondiaux dont les répercussions peuvent, dans le pire des cas, être également dramatiques.

Le conflit et les sanctions qui en découlent ont déjà un impact important sur l'inflation des denrées agricoles, la disponibilité des produits de base et les chaînes d'approvisionnement.

Les deux belligérants ont une importance capitale dans le commerce international : l’Ukraine produit 13% du maïs mondial, la Russie est fournisseur n°1 d’éléments clés pour la synthèse d’engrais agricoles (azote, phosphore, potassium), c’est aussi un débouché majeur pour les fruits. Ensemble, ces deux pays exportent 12% des calories échangés sur les marchés internationaux, 53% de la production mondiale d'huile de tournesol, etc.

À court terme, nous connaissons déjà des pénuries d'approvisionnement et de fortes hausses de prix en raison des dommages subis par les cultures dans les zones de conflit, de l'impossibilité de récolter et de la fermeture des ports (blé). À moyen terme, les interruptions du cycle de plantation risquent d’exacerber les pénuries. Les sanctions peuvent également ébranler les flux commerciaux, incitant agriculteurs et acheteurs à chercher de nouveaux marchés. Mais ce sont les effets à long terme qui s’annoncent les plus graves. A cause de l’isolement de la Russie, les agriculteurs du monde entier pourraient devoir payer leurs engrais beaucoup plus chers, voire s’en passer, au détriment de leurs rendements.

Vis-à-vis de leurs salariés, de leurs actionnaires, comme des consommateurs, il est de la responsabilité des dirigeants du secteur de la grande consommation d’anticiper les conséquences de ce conflit pour en minimiser les nuisances. L’équipe Consumer Goods & Retail d’AlixPartners vous propose, dans les semaines à venir, une série d’analyses sur les stratégies à adopter en priorité et les pistes pour les mettre en œuvre :

  1. A lire ici: Réévaluez vos structures de coût
  2. Diversifiez vos assortiments, vos fournisseurs et vos méthodes (Ci-dessous)
  3. Revoyez votre structure de marge (A venir)


Diversifiez vos assortiments, vos fournisseurs et vos méthodes

Avoir quelques produits vaut mieux que ne pas en avoir du tout. Les distributeurs qui prennent cela à cœur et qui se diversifient pour garder des articles en stock sont les gagnants en période de disruption.

Toutefois, il y a un prix certain à payer. Les distributeurs doivent décider s'ils sont en mesure d'absorber les prix plus élevés des fournisseurs secondaires ou tertiaires pour que leurs rayons soient toujours garnis, et les clients satisfaits.

Il faut envisager de modifier l'assortiment pour continuer de les satisfaire, notamment en proposant des options de marques distributeurs ou différents articles de marques nationales. Les capacités de production des articles de marques nationales sont limitées, de telle sorte qu'elles ont la possibilité de sélectionner leurs clients. Les enseignes qui ont des marques distributeurs fortes seront donc avantagées. Pour les articles produits en interne, les category managers doivent connaître leur composition par coeur pour chercher des substituts d'ingrédients à moindre coût.

Pour permettre des changements d'assortiment, les distributeurs devraient activement développer des relations fortes avec de nouveaux fournisseurs capables de les aider en cas de difficulté. Le recours à des fournisseurs locaux présente de multiples avantages : il réduit les coûts de transport/carburant, augmente la résilience de la chaîne d'approvisionnement et permet aux consommateurs de soutenir les entreprises locales - ce qu'ils apprécient.

En plus de diversifier l'assortiment et la base de fournisseurs, les acheteurs doivent envisager différentes méthodes pour sécuriser leur position - avec des contrats à terme, en modifiant les options de paiement, ou en se concentrant sur de nouveaux secteurs de la chaîne de valeur. La quête de partenariat est particulièrement importante en période de disruption.

Focus sur les actions prioritaires

  • Établir des relations directes avec les fournisseurs pour accéder à une gamme plus large de produits, de packaging et de moyens de transport
  • Analyser et varier les stratégies d'approvisionnement possibles à la disposition de l'équipe d'achat, comme les achats à terme, les paiements anticipés, l'utilisation d'alliances d'achat, etc.
  • Examiner la gestion de la trésorerie et équilibrer les paiements anticipés avec les délais de paiement pour garantir l'approvisionnement
  • Envisager de modifier les recettes des plats préparés ou des produits de marque distributeur
  • Permettre aux directeurs de magasin de prendre des décisions d'achats localisées pour combler les pénuries
  • Utiliser les achats anticipés pour les aliments surgelés, les céréales et les matières premières qui sont susceptibles de connaître les plus fortes augmentations de coûts
  • Augmenter le recours aux marques distributeurs, surtout lorsque les marques nationales connaissent des pénuries

Tags

retail, food, france, emea, ukraine

Latest Insights

post featured image